Erhard 'Hamlet' Sundeim | Miracle is dead

Aller en bas

Erhard 'Hamlet' Sundeim | Miracle is dead Empty Erhard 'Hamlet' Sundeim | Miracle is dead

Message par Erhard Hamlet Sundheim le Ven 28 Juin - 12:53

Présentation :

Nom : Sundheim
Prénom(s) : Erhard
Surnom(s) : Hamlet, bien que cela ne soit réservé qu'à l'usage d'une seule personne
Age : 40 ans
Date et lieu de naissance : Oslo, Norvège 17 juin
Origines : Norvégiennes
Etat civil : Officiellement veuf
Orientation sexuelle : Bisexuel à penchant homosexuel
Préférence sexuelle : Un peu de tout, pour peu qu'il ai la sensation d'être le centre du monde pour l'autre
Qualités : Généreux • loyal en amitié • libre • semble imperméable à la critique • protecteur • passionné • hédoniste
Défauts : Narcissique • à tendance à se mentir à lui même • égoïste • en besoin d'attention et d'affection • se sent facilement trahi • excentrique • se comporte parfois comme un enfant capricieux quand il n'a pas ce qu'il veut • instable • hédoniste (! trouble histrionique de la personnalité)
Métier/occupation : Magicien d'envergure mondiale et Prince de Norvège
Célébrité : David Tennant

Erhard 'Hamlet' Sundeim | Miracle is dead C10407ae85682149ccf5cd143aba0dcb

Caractère et anecdotes :
Douce excentricité que voilà. Les voluptés souples et exaspérantes de l’homme ont tendance à faire sourire dans un premier temps. Erhard est ce genre de personne… Toujours à faire de grands gestes, à parler fort, à attirer l’attention sur lui. Une attitude exubérante qu’il se colle comme un masque pour cacher ses véritables peurs. Expert dans l’art de se mentir à lui-même, le prince excelle dans l’art du pantomime, singeant une attitude qu’il espérera captiver l’attention de son entourage. Car, pour l’homme, il s’agit avant tout de cela. Dernier fils de sa génération, il a toujours dû batailler pour se faire une place, pour se faire remarquer.

Déjà impatient, l’enfant qu’il était alors avait bataillé ferme pour être aussi bons que ses frères dans les arts princiers, le regard du jeunot s’illuminant toujours d’une grande fierté lorsque, enfin, il parvenait à maîtriser quelque chose de nouveau… Regard qui perdait bien vite de son pétillant lorsqu’il se rendait compte que personne n’était là pour le féliciter de ses progrès.

Petit à petit, cela creusa le profil de ce que serait plus tard Erhard ; un adulte instable brûlant du besoin d’attirer l’attention, d’être aimé et d’être félicité. La petite cuillère en argent qu’il a eu toute sa vie dans sa bouche ne l’a pas aidé à comprendre la valeur des choses. Il a voulu se lancer dans la magie et, plus précisément, dans la grande illusion, il l’a fait. Il a donné rendez-vous aux plus grands du moment, leur demandant cours et conseils, il a monté son spectacle grâce à l’argent de la famille royale… Tout ce qu’Erhard a voulu, il l’a toujours obtenu.

Argent, femmes, hommes, collection… Tout a rapidement trouvé un gout fade dans la gorge du prince. Ces personnes qui disaient l’aimer… L’aimaient-ils vraiment ou bien ne s’intéressaient-ils qu’à son argent, à son rang, à son statut ? Les mots doux d’une âme passionné on finit par lui sonner fade au creux de l’oreille, à ne plus être suffisant. Dès le début de l’âge adulte, Erhard a réussi à se convaincre lui-même que personne ne pourra réellement l’aimer pour ce qu’il est, indépendamment de son statut ou de sa fortune. Cela a été un choc, une grande remise en question dans sa vie. Et, lentement, il s’est enlisé dans ses questionnements existentiels sans qu’aucun membre de sa famille ne le remarque… Pour eux, l’homme s’était juste montré plus calme, plus tempéré. Ils pensaient que c’était l’âge qui l’assagissait enfin… L’erreur.

Car après plusieurs années à flirter avec la dépression, il en est arrivé au stade où il en est plus ou moins aujourd’hui… Si les gens ne peuvent pas l’aimer tel qu’il est, alors il les forcerait à l’aimer, par tous les moyens possibles.

On pourrait penser que cette attitude tranche pas mal avec ses croyances hédonistes mais dans l’esprit d’Erhard, il ne fait que continuer sa quête du bonheur… Bonheur qu’il ne pourra atteindre que lorsqu’il aura trouvé quelqu’un qui l’aimera sincèrement pour ce qu’il est. Rêve d'enfant édulcoré de bonbon et de paillettes, son mariage n'est autre qu'un besoin fiévreux de s'assurer de ne pas finir sa vie seul et loin d'un amour partagé qui lui a pourtant été interdit.

Détails physiques :

Taille : 1m85
Poids :  78kg
Yeux : bruns
Cheveux : bruns
Particularités : quelques marques d'auto-mutilation marque le creux de son poignet gauche. Elles restent cependant assez discrètes, contrairement à celles qui strient ses avant bras du poignet au coude qu'il lui arrive encore souvent de cacher sous un quelconque bandage.

Erhard 'Hamlet' Sundeim | Miracle is dead Tumblr_m8vvicrsFz1r9ixyz

Histoire :
« - Erhard ! Où es-tu, bon sang ! Espèce de dégénéré ! »

L’homme gronde, avalant les couloirs, une main collé dans ses cheveux, victime de la malice de son petit frère en manque d’attention. Presque 20 ans maintenant… Il serait temps que le cadet de la fratrie apprenne un peu le sens des responsabilités et arrête de se comporter comme un enfant. Un rire diffus répond au cri de colère et l’ainé sait qu’il n’arrivera pas à mettre la main sur l’exaspérant personnage qui fait malheureusement pour lui partie de sa famille.

« - Åsbjørn, que me vaut tous ces cris ?
- Mère ! Il est temps de faire quelque chose concernant Erhard ! Ça ne peut plus durer ainsi ! »

L’homme brule de rage et de colère. Il n’en peut plus d’être la cible du benjamin de la fratrie, il ne supporte plus ses exubérances et ses les scandales aux milieux desquels il n’a de cesse d’apparaitre. Il regrette souvent le petit garçon timide et effacé qu’avait été son petit frère. Parfois il essaye de prendre du recul sur la situation pour essayer de comprendre où est-ce que les choses ont commencés à réellement déraper, quand est-ce que l’éducation du dernier prince avait mal tournée ?

Et la vérité, c’est que dans sa propre vision des choses, il a toujours fait ce qu’il fallait pour son petit frère. Il n’a jamais vu le regard triste et déçu de l’enfant timide qui voulait juste être félicité. Il n’a pas remarqué non plus qu’il portait plus attention à son frère depuis qu’il a commencé ses exubérances il y a de cela plus de 10 ans maintenant, escaladant toujours un peu plus dans l’extravagance. Manquant de psychologie et ne remarquant pas la détresse de l’infernal enfant, ils avaient tous pensés que ça n’était qu’une phase due à l’adolescence, qu’il allait s’assagir en grandissant, se calmer et s’apaiser. Mais alors que le benjamin approche de son 20ème été, la famille royale se regarde mutuellement, se disant que, définitivement, ils ont raté quelque chose avec l’éducation de ce garçon…

•••

Une bouteille d’eau à la main, Erhard est heureux. Il n’y a pas meilleur sentiment que celui-ci… celui qu’il ressent alors qu’il descend de scène sous les acclamations après avoir joué d’illusions pour convaincre son audience qu’il fait de la magie. Les projecteurs sur lui font toujours battre son cœur à la chamade mais il a fini par aimer la sensation. Ces personnes qui remplissent la salle, elles sont venues parce que malgré sa réputation sulfureuse, il est l’un des meilleurs du pays, ayant appris aux côtés des plus grands moyennant finance. Elles sont venues pour lui. Parce qu’elles aiment son art, peut-être même parce qu’elles l’aiment lui ? En tout cas, c’est ce que le prestidigitateur princier aime à penser.

Personne n’avait cru en son rêve, personne ne l’avait cru capable de mener quelque chose à bien. Malgré tous ses efforts, malgré tous ses succès, ils étaient tous partis du principe que jamais Erhard n’arriverait à rien dans sa vie… Manque de rigueur, manque de sérieux, manque d’intérêt. Ils avaient tous pensé que la magie n’était qu’une lubie… Une lubie qui coutait beaucoup d’argent à la famille royale… Tout comme ils avaient pensés que son attitude exubérante n’était qu’une lubie au début.

Mais Erhard en est rendu là aujourd’hui… Exit les responsabilités princières… De toute manière, il est le petit dernier, le petit dégénéré dont même la presse s’est lassé de raconter les frasques. Il n’a pas sa place dans le tableau familial… Et il n’y a que peu de membres de sa famille qui lui parlent encore. Il faut bien avouer que les tournées internationales qu’il se plait à enchainer n’aident pas à rester proche de son sang… Et cela lui va très bien. Il a fini par comprendre… Ils ne sont pas capables de l’aimer pour ce qu’il est, il est de trop, il ne cadre pas avec le reste…

Mais tous les soirs où il monte sur scène, jouant d’illusion et de détournement d’attentions, il voit les gens qui se sont rassemblés pour lui et cela flatte non seulement son égo mais aussi son besoin d’attention. Quand il est sur scène, c’est son moment à lui… Il n’y a que lui, lui et lui seul… Et les gens l’observent pratiquer son art pendant le temps du spectacle… Il pouvait difficilement rêver meilleure activité pour faire sa vie… Et que la famille royale aille se faire voir avec leurs responsabilités mornes et ennuyantes.

•••

Les rayons de soleil caressent la peau nue au milieu des draps et c’est sans aucune retenue qu’il laisse un gémissement de bien être franchir ses lèvres, se collant un peu plus à l’homme qui partage son lit ce matin. Les doigts agiles d’Erhard viennent se perdre dans une chevelure bouclée, les lèvres curieuses viennent gouter le sel de la peau couleur miel, le tortionnaire s’éveillant doucement au monde. Les réveils sont si doux en ce lieu… Toujours quelqu’un pour chauffer son lit, une peau à laquelle se coller le matin, une étreinte à partager… S’il avait émis quelques réserves, un an plus tôt, en mettant les pieds ici sous le conseil d’un ami et ancien amant, il n’aurait pas cru s’y plaire autant, y vivant autant que possible lorsqu’il n’est pas en tournée pour faire son show.

Il sait qu’il n’a pas la carrure de la plupart des hommes de son rang ici, il n’a pas leur musculature ni leur regard sombre de dominateur près à faire vivre les pires tourments de douleurs et de plaisirs à quiconque osera leur parler de travers. Il sait bien qu’il est trop excentrique, trop insaisissable que pour se peindre correctement dans le reste du tableau. Au début, malgré sa tenue princière, il a connu quelques mésaventures, certains gardes pensant à un martyr ayant volé une tenue. Par chance, l’absence du bracelet gps et son identité avaient suffi à dissiper les soupçons, laissant cependant Erhard comme une sorte d’anomalie au sein des tortionnaires.

Mais alors que ses mains parcourent le corps de son partenaire d’une nuit, caressant doucement son ventre avant d’aller se perdre dans les poils de son bas-ventre, jouant avec ces derniers pour réveiller l’homme contre lequel il est lové, il n’a que faire de la manière dont il peut parfois être perçu… Parce que tout ce qui a de l’importance, c’est ce moment, avec cette personne. Un sourire aux lèvres, il va mordiller l’oreille du martyr partageant son lit pour la nuit, y glissant quelques mots.

« - Dis-moi que tu m’aimes…
- Je vous aime » répond la voix encore endormie, répondant à l’ordre du prince.

Non, vraiment, Erhard se sent bien en ce lieu…

•••

wip
Erhard Hamlet Sundheim
Erhard Hamlet Sundheim

Messages : 1
Date d'inscription : 28/06/2019

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum